Haut de page
Image Alt

Les sextos

Les sextos

Écoutez cet article

Mieux comprendre

Le sextage « sexting » consiste en l’envoi de messages, de photos ou de vidéos intimes et sexuellement explicites de soi à une ou plusieurs personnes. Pas de panique ! Ce ne sont pas tous les ados qui transmettent des sextos, mais tous peuvent y être exposé.e.s. C’est pourquoi il est pertinent de leur en parler et de les sensibiliser à la fois aux relations intimes saines et égalitaires ainsi qu’aux usages du numérique.

Pour certain.e.s ados, la transmission consentante de sextos peut être une façon d’explorer leur sexualité, de partager une intimité avec leur partenaire ou de tester leur pouvoir de séduction. L’envoi de sextos peut aussi être motivé par une recherche d’attention ou de réactions. Encore, des jeunes peuvent le faire pour faire rire ou impressionner leurs pairs sans mesurer les impacts réels de leur geste. Malheureusement, des jeunes transmettent également des sextos sous pression, par peur de déplaire ou dans un contexte de violence amoureuse. D’un autre côté, les ados peuvent recevoir des sextos non sollicités ou inattendus qui peuvent les rendre mal à l’aise ou les choquer.

Le sextage n’est pas sans risque et peut entraîner des conséquences dans la vie des jeunes. D’abord, nous n’avons plus de contrôle sur les messages, images et vidéos partagés. Même si l’envoi de sextos a été fait au départ dans un climat de confiance, nous ne pouvons plus revenir en arrière une fois qu’ils ont été envoyés. Ensuite, il y a toujours un risque que les sextos soient repartagés ou diffusés à large échelle par le ou les destinataires initiaux. Le partage non consensuel de sextos porte atteinte à l’intégrité de la personne et est une forme de violence sexuelle. C’est important de sensibiliser les jeunes aux impacts que ça peut avoir et à ne pas participer au partage d’images ou de vidéos intimes de tierces personnes. De plus, les sextos envoyés peuvent être utilisés pour intimider ou faire du chantage à la personne qui les a faits. Consultez la fiche sur la sextorsion pour en savoir plus. Enfin, en partageant ou en repartageant des images ou des vidéos sexuellement explicites de soi ou d’autres personnes mineures, les jeunes s’exposent à une possibilité d’accusations criminelles de production, de possession et de distribution de pornographie juvénile.

Apprendre que son ado est impliqué.e dans une histoire de sextage peut être bouleversant pour un parent. Ceci peut avoir des répercussions importantes sur les jeunes impliqué.e.s et leur famille. Néanmoins, les parents peuvent jouer un rôle dans la prévention du sextage et de ses conséquences potentielles auprès des jeunes.

Les sextos et les ados

• Une enquête menée par l’équipe de recherche sur la sécurité et la violence dans les écoles québécoises en 2017 et 2019 rapporte qu’environ 1 ado sur 5 au Québec de la 1re à la 5e année du secondaire a déjà reçu une demande d’envoyer une photo ou une vidéo intime de lui-même.

• Ces demandes toucheraient 1 fille sur 5 (20%) et 1 garçon sur 20 (5%). Parmi les jeunes ayant reçu une demande, près du quart ont accepté de le faire : davantage de garçons (43,7%) que de filles (16,4%).

• Autour de 5% des ados ont envoyé des sextos de leur propre initiative sans qu’on leur demande.

Mieux accompagner

Communiquer

  • Guidez votre ado dans une utilisation des outils numériques respectueuse de ses limites et de celles des autres.
  • Saisissez l’opportunité des événements rapportés dans les médias ou de publicité pour ouvrir la discussion avec votre ado. D’ailleurs, voici une capsule vidéo que vous pourriez regarder avec votre ado : https://pasobligedetoutpartager.info/.
  • Sensibilisez votre ado aux risques liés au partage d’images ou de vidéos intimes de soi.
  • Encouragez votre ado à ne pas repartager des sextos reçus avec d’autres personnes. Expliquez-lui les conséquences légales et sociales du partage non consensuel de sextos.
  • Discutez avec votre ado du consentement et de l’importance de respecter les limites de ses partenaires. Envoyer un sexto à une personne sans son consentement ou partager le sexto de son ou sa partenaire sans son consentement est une forme de violence et n’est pas acceptable.

Superviser/Encadrer

  • Expliquez à votre ado les conséquences légales du sextage (d’envoyer et de repartager des sextos). C’est considéré comme de la production, possession et distribution de pornographie juvénile au sens de la loi.

Soutenir

  • Aidez votre jeune à distinguer les relations saines des relations malsaines. Dans une relation saine, un.e partenaire ne fait pas de pression ou de chantage sur l’autre. Les sextos ne sont pas une preuve de confiance.
  • Discutez avec son ado de l’importance du respect de son intimité et de celle des autres.
  • Montrez une attitude d’ouverture et de confiance en invitant votre jeune à se confier à vous en cas de problèmes ou d’inquiétudes.
  • Si vous apprenez que votre ado a été victime d’un partage non consensuel d’un sexto, il est important de ne pas le ou la blâmer. Apportez-lui du soutien et assurez-vous qu’il ou elle reçoive de l’aide adaptée à ses besoins.
  • Expliquez à votre ado des façons dont il ou elle peut intervenir lors de partage non consensuel de sextos (ne pas repartager les sextos, offrir son soutien à la personne exposée sur les images ou les vidéos, exprimer son désaccord à l’égard des gestes posés).

Agir sur l'environnement à la maison

  • Établissez un climat bienveillant à la maison et faites preuve d’ouverture afin que votre jeune soit plus enclin.e à se confier à vous en cas de besoin.

Trucs et astuces

Si votre jeune est impliqué.e dans une histoire de sextage, écoutez-le, soutenez-le dans ses démarches (ex. : retirer une photo et/ou une vidéo diffusées, signalement à la police, intervention à l’école, soutien psychosocial). Surtout, ne portez pas de jugement, votre ado a besoin de votre soutien ! Vous souhaitez obtenir de l’aide ? Consultez https://aidezmoisvp.ca/app/fr/parent_info-support ainsi que votre service de police.

En bref

  • Tous les jeunes n’envoient pas de sextos, mais tous peuvent y être confronté.e.s.
  • Bien qu’il s’agisse pour certain.e.s d’une façon d’explorer leur sexualité et de vivre leur intimité avec une autre personne, le sextage comporte plusieurs risques psychologiques, sociaux et légaux qui doivent être abordés avec les jeunes.
  • Il importe de guider tous les ados dans une utilisation respectueuse du numérique et dans des relations saines et égalitaires.

Ressources et outils pratiques

1. Pour vous soutenir:

Si vous vivez une situation qui vous préoccupe, il ne faut pas hésiter à en parler ou à consulter un∙e intervenant∙e ou un∙e professionnel∙le de la santé et des services sociaux :

Organismes communautaires : maison de la famille, maison des jeunes, etc.

Certains organismes communautaires offrent un programme de soutien aux parents d’ados. Informez-vous auprès des organismes près de chez vous.

Intervenant∙e∙s scolaires

Pour signaler une situation d’abus et retirer une image de soi sur internet : https://needhelpnow.ca/app/fr et votre service de police local.

2. Pour en savoir plus :

Dernière mise à jour: décembre 2022

Post a Comment

Abonnez-vous à notre infolettre!

Passez En mode ado et abonnez-vous à notre infolettre
envoyée 5 fois par année.

 

Recevez une foule de trucs, conseils et ressources pour mieux comprendre
et accompagner votre ado
  dans son développement, sa santé et son bien-être.