Haut de page
Image Alt

Comment encadrer son ado

Dans cette fiche

L’adolescence est une période où les jeunes se distancent graduellement de leurs parents pour développer leur propre identité. Le cerveau des ados est toutefois encore immature et ne leur permet pas toujours de prendre les meilleures décisions.

Même si les jeunes ne le laissent pas toujours paraître, ils et elles ont encore besoin de l’encadrement de leurs parents pour faire de bons choix et prendre graduellement leur autonomie vers l’âge adulte.

L’autonomie : un apprentissage qui se fait avec le temps et les expériences!

Quel parent n’a pas déjà dit à son ado : « Réfléchis avant d’agir ! » ou « Pense aux conséquences de tes actes ! ». Ce qu’il faut savoir, c’est que de 12 à 25 ans, le cerveau connaît des transformations qui permettent aux ados de développer des habiletés de planification. Dans ces habilités, on retrouve les capacités de planifier, de juger une information ou une situation et prévoir une action.

Le cortex limbique, zone du cerveau responsable de la recherche de sensations fortes et le cortex frontal, zone responsable de la raison, se développent à un rythme différent. Cet écart se traduit, chez les jeunes, par un cocktail parfois explosif de goût du risque, de sentiment que rien ne peut leur arriver. La pensée magique du « ça n’arrive qu’aux autres » est ainsi bien présente à l’adolescence. Les jeunes peuvent alors avoir des comportements plus à risque. C’est là qu’entre en ligne de compte l’encadrement nécessaire des parents : mettre des règles pour que le jeune soit en sécurité tout en lui permettant de vivre des expériences, de se développer et de devenir autonome.

Comment encadrer votre ado tout en encourageant son autonomie?

D’abord et avant tout : Respirez!

Il n’est pas rare que les propos et les comportements des ados fassent réagir. Rappelez-vous : votre jeune n’agit pas contre vous. Il expérimente, se développe et apprend à être autonome.

Que vous ressentez de la colère, de la déception ou du découragement, prenez du recul avant de réagir. On dit souvent que la nuit porte conseil. En laissant passer quelques heures, votre réaction sera moins émotive. Vous éviterez alors de dire des paroles que vous pourriez regretter. Avant tout, l’important est de garder un lien de confiance avec votre jeune pour qu’en cas de besoin, elle ou il se réfère à vous. Pour cela, votre ado doit sentir que vous serez là, sans blâmer.

Assurez un filet de sécurité tout en considérant que la prise de risques fait partie des apprentissages vers l’autonomie.

Vous avez des préoccupations concernant la sécurité de votre ado ? Parlez de vos inquiétudes ouvertement avec votre jeune, en lui demandant de vous proposer des moyens avec lesquels vous serez tous deux confortables. Votre ado veut, par exemple, aller dans un party où il y aura des jeunes que vous ne connaissez pas?

  • Votre jeune pourrait vous donner le numéro de téléphone de ses pairs qui l’accompagneront et que vous connaissez.
  • Vous pourriez convenir d’un appel ou d’un texto en soirée.
  • Vous pourriez aussi conduire votre ado à son party pour savoir où il se déroule et vous entendre sur une heure pour aller le ou la chercher.

Comme parent, gardez toujours en tête qu’il est possible que vous deviez refuser une permission à votre ado si vous jugez que le risque est trop élevé. Si tel est le cas, expliquez les motifs de votre refus et gardez une ouverture à l’écouter, tout en demeurant ferme pour ce qui touche à sa santé et à sa sécurité.

Négociez selon la formule « gagnant.e-gagnant.e », c’est-à-dire où chaque personne y trouve son compte.

En négociant avec votre ado, il ou elle apprend à analyser les pour et les contre d’une situation et à prendre des responsabilités. Votre rôle? Lui partager vos préoccupations et lui faire valoir tous les éléments d’une situation.

Votre jeune veut, par exemple, aller dans un chalet pour le week-end, alors qu’il ou elle a une semaine d’examens et n’a toujours pas étudié ?

  • Expliquez-lui que avez des préoccupations par rapport à un échec scolaire.
  • Questionnez votre ado sur comment il ou elle prévoit se préparer pour ses examens.
  • Emmenez votre jeune à vous faire des propositions jusqu’à ce que son plan soit réaliste.

Votre ado ne respecte pas l’engagement qu’il ou elle a pris? Ça arrive! Restez calme! Prévoyez ensemble et à l’avance une conséquence logique, c’est-à-dire en lien avec la situation négociée, si votre jeune ne respecte pas l’entente. Si votre ado ne rentre pas à l’heure prévue, une conséquence logique pourrait être qu’il ou elle doive entrer plus tôt la prochaine fois. Surtout, appliquez la conséquence entendue. Votre ado tentera sûrement de renégocier et de vous faire revenir sur votre décision. Gardez le cap : faites preuve de constance!

En bref

Rappelez-vous qu’ainsi, votre jeune apprend à assumer les conséquences de ses choix et à devenir plus responsable.

Ressources et outils pratiques

Pour vous soutenir

Ressources générales

Si vous vivez une situation qui vous préoccupe, il ne faut pas hésiter à en parler ou à consulter un∙e intervenant∙e ou un∙e professionnel∙le de la santé et des services sociaux :

Organismes communautaires – maison de la famille, maison des jeunes, etc.

Certains organismes communautaires offrent un programme de soutien aux parents d’ados. Informez-vous auprès des organismes près de chez vous.

Intervenant·e·s scolaires

Abonnez-vous à notre infolettre!

Passez En mode ado et abonnez-vous à notre infolettre
envoyée 5 fois par année.

 

Recevez une foule de trucs, conseils et ressources pour mieux comprendre
et accompagner votre ado
  dans son développement, sa santé et son bien-être.